Aller au contenu
lol-parier-esport-test

League of Legends : parier sur le MOBA plutôt que le football

Les paris sur le foot a longtemps été ma passion. Mais loin d’avoir de la chance sur ce sport, je perdais plus que je ne gagnais. Ma malchance était telle que je commençais à cumuler les petites dettes que je ne pensais plus pouvoir payer. J’ai donc décidé de laisser tomber les mises sur les sports réels lorsque j’ai découvert que l’e-sport était beaucoup plus prometteur. Passionné de MOBA, je fais partie de ces joueurs qui ont adopté League of Legends en 2009. Aujourd’hui, je parie aussi sur le jeu.

Pourquoi j’ai arrêté de parier sur le foot ?

Quand j’ai commencé à parier sur le foot, j’ai surtout été motivé par la possibilité de gagner rapidement de l’argent. Et il faut dire que ça marchait assez bien au début ! Je réussissais sans trop de mal à faire des bénéfices. Le truc n’a pas duré bien longtemps, et j’ai fini par faire des paris un peu au pif, dans l’espoir que ça donne quelque chose.

lol-test-esport-parier

Mauvaise idée pleine la louche, et je ne m’en suis totalement rendu compte que lorsque je commençais à me faire sérieusement dépouiller de mes derniers sous. Ça allait mal, mais je cherchais pourtant à remonter la pente, en espérant que la chance me sourit à nouveau. Il faut croire que ce n’est pas comme ça que ça fonctionne, et qu’il vaut mieux encore prendre le risque de spéculer à la bourse en n’y connaissant rien que de tenter des paris aussi hasardeux que dangereux.

Pourquoi je parie sur League of Legends ?

J’ai pris la décision de parier sur League of Legends en 2015. Je jouais depuis un bon bout de temps déjà pour avoir été classé plusieurs fois, et je découvrais un peu par hasard qu’il était possible de gagner des billets sur ce genre de parties. Bien sûr, je pariais invariablement sur la victoire de mon équipe, et je suis content de dire que nous n’avons eu que peu de défaites. Une bonne source de paris donc, à condition de savoir à quoi s’en tenir ! J’ai surtout été motivé par ce que le mondial pouvait proposer en termes de bet, et je savais qu’il y avait des sites qui privilégiaient le mouvement. C’est un peu déstabilisant au début, mais je m’en sors bien jusque-là ! Il reste à voir si j’ai toujours autant de chances avec la finale qui approche à grands pas.

final-fantasy-xiv-test

Mon coup de cœur : Final Fantasy XIV

À l’heure où certains jeux ont du mal à garder leurs fans, Final Fantasy XIV devient la figure de proue du MMORPG. Bien que ses détracteurs se fassent de plus en plus nombreux, j’ai le plaisir de constater que ce titre vaut bien son pesant d’or. Parti pris, me diriez-vous, pour quelqu’un qui y jour depuis que le volet est dans les bacs. Devant la perplexité des novices sur le jeu, j’ai donc tenu à expliquer pourquoi FFXIV est pour moi la meilleure référence dans le domaine des MMORPG nécessitant un abonnement.

Pourquoi j’ai opté pour un jeu à abonnement ?

Eh bien, c’est tout simple : c’est pour profiter des petits avantages que l’on peut avoir sur une communauté aussi importante. Bien entendu, les jeux de rôle ont tous quelque chose qui les démarquent ! Sur Final Fantasy 14, ce sont d’abord les extensions qui font toutes la différence. Je ne pense pas que l’on puisse réellement trouver des équivalents ailleurs, même si les mises à jour de patchs et d’adds se font de plus en plus fréquentes. Je reconnais volontiers que Realm Storm a été une extension plus que discutable. Mais depuis Heavensward, les choses se sont nettement améliorées, ce qui se confirme chaque jour.

FFXIV : tout un monde

On ne peut pas vraiment trouver de l’intérêt à FFXIV si on ne connait pas un tant soit peu son monde. Pour moi, c’est bien une des forces du titre, puisqu’il est impossible de ne pas y plonger corps et âme une fois qu’on a commencé. Riche en détails, le jeu de Square Enix bluffe par son sens de la cohérence et la diversité qu’il inclut à tous les niveaux. Un travail recherché qui n’est pas sans plaire, et qui fait mouche à chaque fois !

final-fantasy-xiv

test-civilization-6

Civiization 6 : j’ai testé la preview !

Ça fait maintenant quelques jours que le web regorge de teasers annonçant la sortie imminente de Civilization 6. Pendant que la sphère gaming bouillonne de voir le résultat final, j’ai pensé que ce ne serait pas une mauvaise idée de faire un premier constat durant une session d’essai dans les bureaux de Firaxis, au cœur de la capitale. Ne faites pas les jaloux, je vous donne un aperçu de ce que ce sixième opus promet.

Mon essai d’une version (presque) complète

Il faudra encore attendre quelques jours avant que Civilization 6 soit disponible au public. En attendant, j’ai pu bénéficier d’une séance prise en main durant laquelle j’ai eu accès à une version presque complète du dernier-né de Firaxis Game. La première chose qui a attiré mon attention est la finition quasi impeccable du jeu qui s’en sort mieux que les précédents. J’ai aussi eu la bonne surprise de voir que la prise en main n’était pas aussi complexe qu’elle le laisse penser au premier abord. Les différents aspects du jeu apportent une réelle complexité aux domaines présentés, et laissent deviner qu’il y a eu un réel travail de recherche sur l’ensemble.

civilization-6-test

Un large panel de décisions

Les décisions du joueur sont plus précises et peuvent influencer tout le reste de la partie. J’ai remarqué que la diplomatie n’était plus aussi simplifiée que dans les titres précédents, et est devenue un pilier pour l’évolution de la petite histoire que je guide. Dans le même temps, j’ai eu à faire des choix politiques, me reposer en partie sur l’espionnage pour prendre des positions, favoriser la religion qui a un véritable pouvoir sur l’évolution du jeu, et accroitre les capacités commerciales pour garder la courbe de mon avancée. Le jeu est plus abouti que ce à quoi je me suis attendu, et c’est tant mieux !